top of page

Broder, c‘est bien parce que ce n‘est pas
primordial que c‘est essentiel.


L‘histoire de nos vies, un lent processus entrecoupé de morceaux de temps, la recherche d‘un ultime nirvana, un abandon si difficile à atteindre qu‘il nous 
interroge continuellement sur notre corps, nos  sensations, nos perceptions. Cette fragmentation du temps nous confronte à des transformations qui s’opèrent. Autant de stratégie sensible pour réveiller le regard que nous portons sur ces instant entre-deux. Zone d'inconfort qui célèbrent le vivant hors de toute représentation morbide.

 

Le temps nous traverse corps et âme, nous promenant de liesses en abîmes, d’espoirs en disparitions, poussant nos désirs ultimes à savourer des sensations qui s’évanouiront à jamais.

Mettre en évidence la complexité du vivant, la mise en  suspend d’un processus continu, non linéaire me 
fascine. Sonder, fragmenter, découper, jouer avec l’enveloppe. Confronter l'extérieur et l'intérieur. Je reste amoureuse des imperfections, du vivant, de sa fragilité à sa renaissance.

Je stocke, j’accumule matières recyclées, tissus usés brodés, cousu, assemblé, mixé, le textile reste un lien étroit entre mémoire et émotion, il nous touche, couvre, recouvre, raconte. Textile recyclé, teint et accidenté, déchiré, leur histoire devient la trame d’un imaginaire et qui dira que ce n’est pas réel si ça évoque des sentiments d’émotions. 


______________

 

____________

 

L'attrait du textile a toujours été présent mais d'autres choix se sont présentés. Trois ans d'école de commerce pour me diriger vers une école d'art et de communication visuelle à Paris. Deux années dans un studio de tendance puis quinze ans de direction artistique en publicité, éditions et livres d'art. Graphiste de formation, je mélange passion et envoûtement textile.

Tout au long de mon enfance j'admirais les «ouvrages de dames». Ma grand-mère, petite main chez Balenciaga,  dans les années 30, réalisait des modèles uniques d'une précision incroyable, conservant des tissus précieux, mariant les matières textiles, crochetées ou à dentelle. Elle travaillait avec précision des modèles d’une grande technicité, des pièces uniques. La guerre a transformés ces femmes, de son vivant nous avons très peu échangés. C'est par la collecte d'image et de courrier que je découvre son passé. De mon côté, j'apprenais à donner mes premiers coups d'aiguilles en maternelle brodant avec deux fils de couleurs des motifs floraux sur des coussins annoter, Nymphaea caerulea, des moments précieux, jamais oubliés.

 

Depuis plus de 20 ans de belles rencontres ont ponctués mon parcours textile, partageant différents univers sur des projets collectifs et expérimentaux, j'explore, passionnée par de nouvelles techniques.

bottom of page